Toulouse, capitale des mobilités du futur

Publié le 27 mars 2020

Accueil > Actualités > Toulouse, capitale des mobilités du futur

Depuis longtemps capitale de l’aéronautique, Toulouse étend son champ d’action et s’attaque aux mobilités du futur. Avec le projet d’aménagement d’une nouvelle zone de recherches et d’activité sur l’ancienne base militaire 101 de Toulouse-Francazal, la Ville rose n’a qu’une seule ambition : devenir leader des mobilités du futur.

Transports volants et intelligents

Ce n’est un secret pour personne. À Toulouse, plusieurs starts-up innovantes travaillent depuis déjà plusieurs années sur nos transports de demain. Le 30 janvier dernier, un pas de plus a été fait dans ce sens puisque Toulouse Métropole s’est vu accordé, par l’Etat, le site de l’ancienne base militaire 101 de Toulouse-Francazal, près de Cugnaux.

« Le programme de développement qui prendra place sur la zone vise un développement d’activités économiques autour des mobilités du futur. Les transports intelligents, le véhicule autonome, les drones, la robotique et une part de l’aéronautique représentent les secteurs structurants du développement du site de Francazal », ont détaillé Toulouse Métropole et la préfecture d’Occitanie dans un communiqué.

Certaines entreprises parmi les plus importantes dans le domaine, ont déjà élu domicile sur le site depuis plusieurs années. Elles travaillent sur plusieurs projets destinés à la mobilité des personnes. À terme, la zone de Francazal pourrait permettre la création de 2000 emplois.

Taxis volants

Parmi les acteurs des mobilités du futur, on retrouve sans surprise Airbus, via sa filiale Urban Air Mobility. Le géant de l’aéronautique, fleuron industriel toulousain, planche sur « Vahana », un taxi volant. Plus proche de l’hélicoptère que de la voiture, cet appareil possède huit moteurs à hélice et devrait être en phase de test.

Toulouse, capitale des mobilités du futur

Crédits : Airbus

Navettes autonomes

Easymile, start-up toulousaine reconnue implanté à Francazal depuis 2015, a mis ses navettes autonomes en phase de test pour la troisième fois. Il s’agit d’une nouvelle phase d’expérimentation sur plus d’un an afin de vérifier la viabilité du prototype. La ministre des Transports, Elisabeth Borne, a félicité cette « pépite » en pleine croissance pour son travail.

Train du futur

Autre acteur majeur dans le domaine des mobilités « futuristes », Hyperloop Transportation Technologies et son projet de « train du futur ». Il s’agit, en réalité, d’une capsule circulant dans un tube pressurisé. Elle pourrait transporter des passagers à 1200 km/h. La société, cette année, doit réaliser les premiers tests de son projet avec des passagers sur une piste de 320 mètres de long.

Crédits : Hyperloop One

Téléphérique en ville

En cours de construction, le téléphérique urbain de Tisséo est un nouveau mode de transport dans le ciel toulousain. L’objectif est de mieux relier les quartiers sud de la ville. Il relira, en effet, l’Oncopole toulousain à l’Université Paul Sabatier, en desservant le CHU de Rangueil.

Toulouse, ville leader des mobilités du futur ?

Quatrième métropole de France, en pleine croissance démographique, Toulouse doit se réinventer et répondre aux problématiques de mobilité que pose cette attractivité.

L’orientation smart city de la Ville rose

Pour répondre à ces enjeux, la métropole s’est dotée d’un budget de 500 millions d’euros afin de développer des projets répondant aux problématiques de smart city. C’est dans ce cadre qu’a été créée la zone de recherche et d’activité de Francazal. En parallèle, Toulouse Métropole travaille à augmenter son offre de transports publics, en créant une troisième ligne de métro.

«Nous souhaitons que la métropole de Toulouse devienne une vitrine pour la mobilité du futur.» affirme Bertrand Serp, Vice-président en charge du numérique de Toulouse Métropole.

Les atouts toulousains

L’activité économique de Toulouse séduit, en effet, les nouveaux arrivants, qui sont environ 15 000 chaque année. En majorité, il s’agit d’ingénieurs attirés par les entreprises et start-ups innovantes. Cette vague implique donc naturellement de chercher des nouvelles solutions pour endiguer les embouteillages et améliorer les déplacements au sein de la métropole.

”Jamais l’écosystème toulousain – industrie, laboratoires travaillant notamment sur l’intelligence artificielle – n’aura été aussi favorable à l’émergence de projets préfigurant un leadership mondial dans ce système”, conclut Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole.

L’impulsion politique

Dans ce cadre, la politique de Toulouse, menée par Jean-Luc Moudenc, vise à instaurer une cohabitation harmonieuse qui laisse une place à ces nouveaux transports du futur. Le maire de la Ville rose a proposé, récemment, l’instauration d’un « Code de la rue », un règlement destiné, notamment, à permettre l’arrivée des opérateurs privés spécialisés dans les nouvelles mobilités.

« L’objectif de ce document est de mettre noir sur blanc les droits et devoirs des cyclistes, des piétons et des automobilistes sur l’espace public. Ainsi, nous espérons faire cohabiter harmonieusement tous ces modes de mobilité », a précisé Jean-Luc Moudenc. Ce nouveau code permettrait aussi d’imposer des règles claires aux transports urbains en libre-service, comme les vélos, trottinettes et les scooters.

Dernières actualités

Pour la catégorie vie a toulouse

TOULOUSE LE FUTUR VISAGE DE LA MÉTROPOLE
achat/investissement
Toulouse : le futur visage de la métropole

Plus que jamais Toulouse attire. Pour faire face à l’explosion démographique, la métropole cherche à…

Dormir dans son futur logement avant de l'acheter, c'est possible
achat/investissement
Dormir dans son futur logement avant de l’acheter, c’est possible

Une jeune start-up toulousaine propose aux futurs acquéreurs de passer une ou plusieurs nuits dans…

toulouse-ligne-metro-nouveaux-transports
Actualités
De nouveaux moyens de transports débarquent à Toulouse

Selon l’Insee, ce sont 553 000 habitants supplémentaires qui vont venir s’installer à Toulouse d’ici…